samedi 25 avril 2009

10) PADDLESURFER DANS LE GROS (2021)


Même si la plupart des sessions de paddlesurf ont lieu dans des vagues dont la taille est comprise entre 80 centimètres et 1 mètre 50, ce troisième volet est consacré à la pratique dans les grosses conditions. En effet, si l' on possède une bonne technique de rame et un flotteur adapté, on peut démarrer vraiment très tôt dans la houle avec un paddlesurf et c' est donc un outil exceptionnel pour attraper de grosses séries.


Dans ce domaine, tout est relatif ! La plupart des surfers occasionnels estiment que c'est gros à partir de 2 mètres alors que les plus expérimentés parlent en général de 3 ou 4 m. Paddlesurfer des vagues de cette taille nécessite de maîtriser parfaitement la pratique dans les conditions plus classiques, d' être en bonne condition physique, de posséder du matériel adapté et en bon état, et d'être paré le jour J.

Côté flotteur, on choisira un modèle pintail pas trop large, avec un maître-bau avancé, un nose plutôt pointu et des rails fins sur l'arrière. On veillera aussi à ce que ce gun soit relativement volumineux afin d' être à l'aise pendant le placement au line up et au moment critique du take-off, et pas trop léger, de manière à ce qu' il écrase un peu le clapot lorsque vous serez full speed en bas de la vague. Un leash long et épais est bien évidemment de mise pour ce genre de session et pour plus de sûreté, on pourra doubler la cordelette reliant le velcro du leash au plug. Côté pagaie, il se peut que vous soyez en difficulté dans les grosses séries et donc éventuellement amené à lâcher celle-ci, au risque de la perdre, ou bien encore de la casser ! Aussi, peut-être vaut-il mieux que vous utilisiez une bonne vieille pagaie en fibre epoxy plutôt que votre précieuse pagaie full carbon dernier cri à 300 euros

La veille de la session, couchez-vous de bonne heure et le jour même, arrivez en avance sur la plage de manière à pouvoir observer longuement la façon dont les plus grosses séries déferlent. Dans ce type de conditions, la prudence est de mise : il faut savoir rester humble devant la puissance de l'océan et donc renoncer si les conditions sont vraiment trop impressionnantes par rapport à son niveau ou ses capacités physiques.

Il faut également savoir qu' il est pratiquement indispensable de choisir un spot qui possède un channel ou bien un pic que l'on puisse contourner afin de réussir à gagner le large sans difficulté, car à moins d'avoir affaire à une houle possédant une période importante et offrant ainsi de longs moments d'accalmie, vouloir passer la barre qui déferle en permanence par grosse houle est quasi impossible. Si vous êtes néanmoins confronté à cette situation, soyez patient et attendez calmement dans l' inside le moment propice pour vous élancer. Ramez ensuite fermement vers le large en vous appliquant ( un bon coup de pagaie vaut mieux que deux mauvais...), tout en gardant votre souffle dans l' éventualité d' une chute dans ces grosses conditions. Quelques mètres devant une vague très raide ou bien encore une mousse de taille raisonnable, passez alors en position surf, un pied devant l' autre : si votre prise d' élan a été suffisante, vous allez passer par dessus, à la manière d' un windsurfer dans le lightwind. Si vous charger le spot en ramant à genoux, gardez votre position habituelle de rame et inclinez le buste en arrière au moment de l' impact afin de cabrer votre flotteur puis redressez-vous de manière à être un bref instant en apesanteur au dessus de l' obstacle. Dans tous les cas, un planté de pagaie énergique juste en fin de manoeuvre permet de réduire les chances de repartir en arrière dans une dangereuse machine à laver et si on ne le sent pas, s' éjecter à temps et plonger profondement sous l' eau reste la solution la moins risquée pour échapper à une grosse série.

Une fois derrière la barre, profitez de votre position haute pour bien visualiser le set qui vous intéresse et vous placer dans les meilleures conditions de sécurité possible, c' est à dire un peu plus au large que d' habitude. Soyez bien concentré au moment de votre take-off car une fois lancé, vous êtes parti pour un drop full speed vertigineux et si vous ne le sentez pas, il est toujours temps de vous raviser et de laisser passer cette grosse houle sous votre carène. Les vagues arrivant par groupe de 6 ou 7 et les 3ème et 4ème étant en général les plus grosses, choisissez plutôt la dernière ou l'avant dernière : vous éviterez ainsi en cas de chute de prendre toute la série sur la tête !

Une fois le drop engagé, retardez votre bottom turn par rapport à vos sessions habituelles, soyez solides sur vos jambes au niveau des appuis, notamment s'il y a du clapot, et ne planter surtout pas la pagaie dans la vague car à cette vitesse, vous risquer d'être déséquilibré et mieux vaut laisser le bout de la pale effleurer la surface de l'eau. Remonter taper la lèvre est une manœuvre risquée dans les grosses conditions et choisissez plutôt un large cut-back sur l'épaule et qui soit assez éloigné du point de déferlement, de manière à pouvoir anticiper en toute sérénité le prochain bottom turn.

En fin de surf, sortez le plus tard possible pour vous éloigner de la zone d'impact mais si la section ferme ou bien si vous chutez, éloignez-vous de votre planche et plongez le plus profondément possible sous chaque vague en utilisant votre pagaie comme une ancre pour résister à la tension exercée sur votre leash par votre flotteur et éviter ainsi de reculer vers le bord de la plage. Sous l'eau, restez calme de manière à griller le moins d'oxygène possible et au moment de refaire surface, soyez prêt à reprendre votre respiration pour un éventuel nouveau plongeon. Dans tous les cas, ne paddlesurfez jamais seul dans de grosses conditions, gardez toujours un œil sur les autres riders afin de leur venir en aide en cas de problème, et sachez vous arrêter lorsque la fatigue se fait sentir. Si vous pratiquez aussi le surf de gros de manière classique, c'est à dire allongé sur votre planche, attention à l'excès de confiance généré par les sessions de paddlesurf notamment pendant le take-off car lors du retour à cette pratique, la sanction peut-être sévère !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire