samedi 25 avril 2009

7) BIEN RAMER (2021)



Avant d'aller affronter les vagues, mieux vaut d'abord acquérir une solide technique de rame. Le plus simple est de débuter sur une mer plate, sans vent ni courant, et de choisir une planche très stable et adaptée à son gabarit, c'est à dire suffisamment large et volumineuse pour garantir un minimum d'équilibre sans efforts, que l'on soit debout ou à genoux. Pour bien sentir les réactions du flotteur, le mieux est de commencer par ramer sans la pagaie, allongé le ventre sur la planche à la manière des surfers. Ces premiers essais permettront de localiser le centre de gravité du flotteur puis de se mettre à genoux au niveau de celui-ci. On effectuera ensuite quelques nouvelles longueurs sans la pagaie puis avec, ce qui permettra de se familiariser avec la préhension de l' olive. Les adeptes de la position stand up pourront ensuite se lever doucement et quelque soit la position de rame choisie, il convient de respecter certains grands principes pour être efficace. Il faut toujours ramer de face, les pieds et les genoux parallèles de part et d'autre de l'axe médian de la planche, écartés de la largeur des épaules. Pour s' assurer un équilibre optimal, il ne faut pas fixer son attention sur le nez du flotteur mais redresser le haut du corps et regarder loin à l' horizon. Pour ne pas zigzaguer, surtout si la planche est sensible à l' effet de row, on pourra alterner la rame babord et la rame tribord tous les 2 ou 3 mouvements et on veillera à ne pas heurter les rails de la planche avec la pale de la pagaie pour ne pas les endommager. Le bras qui tient la poignée doit travailler en résistance, c'est à dire être relativement tendu et rester fixe, surtout chez les débutants qui trouveront dans cette attitude un moyen de renforcer leur équilibre, tandis que c'est le bras arrière qui fléchit et tire sur la pagaie pour produire l'effort. Inutile de ramer trop en arrière au risque de vous briser les lombaires mais bien aller cherchez devant et faire sortir la pale de la pagaie juste derrière l'axe des talons. Cette technique particulière permet une rame puissante sur le plat entre les séries et facilite les take-off de dernière minute. Ramer face au vent n'est pas des plus agréable. La prise au vent est importante et pour ne pas tuer votre vitesse, il faut s'avancer un peu sur la planche, fléchir les jambes, baisser la tête à la façon des skieurs, et basculer la pale à la manière d' un aviron pour la ramener sur l'avant. Lors des virages ou des repositionnements au peak, on pourra manier la pagaie comme en canöé-kayak. Pour les adeptes de la rame à genoux, le fait d'abaisser le centre de gravité d'environ 50 cm et d' utiliser une pagaie de petite taille permet de gagner en stabilité latérale et d'offrir une prise au vent moindre mais il faudra parfois compenser le manque de puissance du à la pagaie plus courte en adoptant un rythme de rame plus soutenu, notamment lors des take-off. Alterner les deux types de rame peut aussi se révéler être un bon compromis pour les sessions longues et donc fatiguantes : on peut par exemple rejoindre le line up en ramant à genoux puis se redresser lorsque la série pointe le bout de son nez. Dans tous les cas, il conviendra d'utiliser des protections adaptées si l'on souhaite ramer à genoux ( genouillères et chaussons pour éviter les brûlures dues au frottements sur le pont de la planche).


Une fois que vous saurez ramer correctement et vous déplacer où bon vous semble sur un plan d' eau plat, ne croyez pas que vous allez pouvoir aussitôt aller affronter vos premières vagues ! Tout le monde n' a pas la chance d' habiter près d' un spot où déferlent à chaque session des petites séries régulières et glassy, et sur lequel on trouve un channel pour contourner les vagues en toute tranquilité... Dans ce cas idyllique, remonter au line up et attraper ses premières ondulations est un jeu d' enfant pour un paddlesurfer confirmé, car cela ne nécessite qu' une technique de rame rudimentaire. Non, souvent, il faut affronter une jolie petite barre prête à vous dévorer tout cru, parfois dans des conditions ingrates de vent et/ou de clapot. Et même si votre timing est bon, vous avez intérêt à être un as de la rame power afin d' échapper à un tour dans la machine à laver ! De même, lorsque le vent vient de mer, les vagues sont souvent rapprochées, et c' est un atout que de savoir ramer avec une fréquence élevée. Heureusement, une fois au large ou bien dans l' inside, on se relaxera un peu en adoptant une rame de type croisière. Voici des conseils pour exécuter au mieux ces différentes techniques de rames, que vous adapterez en fonction des conditions rencontrées.


RAME DE CROISIERE

- Soyez cool et assurez-vous que vos mains sont bien positionnées sur la pagaie.

- N' allez pas chercher l' eau trop loin devant vous.

- Ne tirez pas trop fort ni trop loin avec la main arrière.

- Sortez la pelle juste derrière l' axe de vos talons.

- Pagayez en douceur, profitez du paysage et faites un brin de causette avec les autres riders !



RAME POWER

- Par rapport à votre position de rame classique, attrapez votre pagaie un peu plus bas sur le manche avec la main arrière.

- Avancez franchement votre épaule pour aller chercher l' eau bien plus en avant que d' habitude, et tirer avec force et conviction sur votre bras arrière en vous aidant de tout votre torse, jusqu' à ce que vous attegniez vos talons.

- Sortez prestement la pale de l' eau et engagez un nouveau mouvement : si vous continuez à pousser de l' eau derrière vos pieds, cela ne sert à rien et à force, vous allez vous casser le dos.


RAME FREQUENCE ELEVEE

- Commencez par donner un ou deux coups de rame en utilisant la technique de rame power décrite dans le paragraphe précédent.

- Ce sont vos épaules qui mettent maintenant de la cadence, et vos bras doivent suivre le rythme !

- Sortez la pale de l' eau en avance, juste devant vos pieds cette fois-ci, et enchaînez immédiatement avec le prochain coup de rame.

- Soyez ferme et concentré, faites de petits mouvements, et n' enfoncez pas la pale trop profondément dans l' eau.


La rame est un excellent exercice lorsqu'il est pratiqué de manière modérée, mais ramer pendant plusieurs heures de suite sans faire de pause peut s'avérer traumatisant à long terme pour le dos et les épaules, surtout si on utilise une pale raide et de grande dimension. Si l'on souhaite rester longtemps sur l'eau sans risquer l'apparition d'une contracture musculaire ou d'une tendinite, il existe quelques moyens simples de se ménager pendant une session. On peut par exemple adopter un style de rame délié, tout en douceur, pendant la remontée au pic, en reculant davantage la main arrière sur le manche et en pliant légèrement les bras afin de moins forcer sur son dos, et garder ainsi de l'énergie pour le take-off qui demande une rame plus explosive. Lorsque vos muscles sont vraiment trop douloureux, votre flotteur est suffisamment volumineux pour que vous puissiez vous asseoir ou bien vous mettre à genoux dessus, et faire soit une pause soit des étirements pendant quelques minutes. On peut aussi poser la pagaie sur la planche et plonger dans l'eau pour faire quelques mouvements de natation afin de se décontracter. Enfin, si l' on possède plusieurs pagaies de longueurs et de raideurs différentes, un bon moyen de protéger ses articulations est d' en changer d' une session à l 'autre.

1 commentaire:

  1. Si vous avez eu des problèmes financiers, il est temps pour vous de sourire. Vous n'avez qu'à contacter M. Benjamin avec le montant que vous souhaitez emprunter et la période de paiement qui vous convient et vous aurez votre prêt dans les trois jours ouvrables. Je viens de bénéficier pour la sixième fois d'un prêt de 700 mille dollars pour une période de 180 mois avec la possibilité de payer avant la date d'expiration. M. Benjamin m'a aidé avec le prêt.Contactez-le et vous verrez qu'il est un homme très honnête avec un bon cœur.Son email est lfdsloans@lemeridianfds.com et son numéro de téléphone WhatApp est + 1-989-394- 3740

    RépondreSupprimer