samedi 25 avril 2009

16) PADDLESURF A TROUVILLE SUR MER (2021)


Située à l'extrémité est du Calvados, la plage de Trouville sur mer reçoit surtout la houle d'ouest qui se forme en Manche lors du passage d'une perturbation, mais aussi dans une moindre mesure, le swell généré par le vent de nord-est, soit entre 50 et 100 jours de vagues paddlesurfables par an si vous êtes à l'affût des conditions météo.

Surfé depuis le début des années 80, c'est le spot le plus consistant de la région. Les vagues y sont plus puissantes à marée haute, plus longues à mi-marée, et les séries qui déferlent par houle d'ouest à Trouville sur mer sur les spots du Phare ou de l' Aquarium sont bien plus lisses et bien plus régulières que sur les plages voisines, la construction de Port-Deauville ayant eu pour conséquence de repousser au large le courant latéral qui défigure les vagues et de protéger ces spots des vents de Sud-Ouest !

Côté combinaison, si un shorty peut suffire en été, une intégrale 5/3 mm est indispensable en hiver, éventuellement complétée par une cagoule, des gants et des bottillons pour les sessions les plus froides.

L'Océan Surf Report ( www.surf-report.com ) établit chaque jour un bulletin météo qui indique pratiquement en temps réel la taille des vagues, la direction et la force du vent sur Manche Est, mais aussi des prévisions à deux jours. Une webcam ( www.trouville.fr ) installée sur le toit de la piscine permet de se faire une idée un peu plus précise des conditions.

Le surf-shop NorthShore ( 02 31 88 99 94 ) , qui a ouvert ses portes en 2006, propose du matériel en location et des cours pour débuter ou progresser, tandis que la marque de surfwear Northmen y avait ses bureaux à deux pas des vagues il y a encore quelques temps.

Le Surfing Trouville Club ( 06 78 95 63 38 ), qui a vu le jour en mai 2007, propose des entraînements et la licence de la Fédération Française de Surf à ses adhérents, organise chaque année des étapes de la Coupe de Normandie de Surf ( shortboard, longboard et maintenant SUP ! ), et accueille aussi en juin la Fête du Surf en collaboration avec le magasin NorthShore.

Le spot compte de nombreux paddlesurfers ( François Briard, Jean-Antoine Souyris, Fabrice Scolan, Steve Lener, Thibauld Régent, Erik Ledeux, Guillaume et Maxence Bogey, Karim Chaaba, Mathias Potier, Alexandre Dallant, Emmanuel Baudon, Bertrand Tassigny, Thomas Bouvier, Emmanuel et Vincent Boisbourdain, Julien Goatsguen, Patrick et Pierre Delamare, etc, sans oublier la gente féminine représentée par Monique Scolan, Maud Briard, Caroline Boisbourdain, Annie ... et Valérie Souyris, pour ne citer que les plus assidus... ), à tel point que certains riders surnomment maintenant l'endroit " Paddle Beach "... Il n'est pas rare d'y croiser aussi une bonne vingtaine de surfers et bodyboarders de tous âges et de tous niveaux, et ce quelque soit la saison. L'atmosphère au line up est plutôt détendue et à condition de respecter LA règle de priorité (une vague, un rider ! ) et de ne pas pourrir l'ambiance au peak en shootant avec votre pagaie et votre grosse planche toutes les séries qui rentrent sur le spot, vous serez bien accueilli par les surfers locaux.

En été, la portion de plage située entre la jetée et le poste de secours est réservée à la pratique du surf et donc du paddlesurf !
LA JETEE
Près de la jetée en bois, ce spot fonctionne par houle et vent de nord-est, entre mi-marée et marée haute. Les vagues ne sont pas toujours très espacées mais déroulent correctement. La gauche est plus rapide et plus creuse que la droite et il peut y avoir de bons pics, qui sont parfois surprenants par leur taille pour cette orientation ! Attention, on y paddlesurfe à quelques dizaines de mètres seulement des enrochements qui sont là pour canaliser la Touques et le courant tire vers le fleuve. Lorsque le vent de nord-est est sensible, il y a du clapot au line up et on pourra laisser passer les premières vagues d' une série afin de bénéficier d'un plan d'eau un peu plus lisse.

LE PHARE
Ce spot fonctionne par houle d'ouest et vent de sud, des peaks droite-gauche se formant sur les bancs de sable de l'estuaire de la Touques à mi-marée descendante. Les vagues ne sont pas très puissantes mais lisses et ordonnées grâce au courant du fleuve et donc idéales pour paddlesurfer. Si la houle possède une bonne période, cela peut faire un joli mètre même si le Surf Report n'annonce que 50 à 80 centimètres… Par bon swell, la droite est en général moins tendue que la gauche, laquelle peut être longue et régulière. Les séries déferlent parfois à marée haute les jours de gros et peuvent alors connecter avec la vague de l'Aquarium. A oublier par vent on-shore.

L' AQUARIUM
Par vent de sud-ouest et à marée haute, c'est un beachbreak assez puissant et parfois tubulaire ( on y a vu des planches pliées…) où l'on trouve plutôt des droites que des gauches. Elles peuvent faire 1 m 50 glassy les bons jours car elles sont bien protégées du vent par le port. Le line up est relativement restreint, parfois fréquenté et dans ce cas, soyez prudent lors du take off et regardez attentivement autour de vous afin de ne pas dropper un autre pratiquant. C'est la vague la plus punchy du Calvados et il faut se méfier de la fin du ride en bord de plage car le shorebreak peut y être carton par bonne houle. Ce spot fonctionne aussi par vent d'ouest : les vagues sont alors moins régulières mais il y a encore de bonnes séries à sélectionner !

LA TOUR
A l' est de la plage centrale, pas très loin de la digue, ce spot situé entre la tour Malakoff et l'hôtel des Roches Noires s'active à marée haute par houle d'ouest. Peu fréquenté, la vague n'y déroule pas aussi régulièrement qu' au Phare ou à l'Aquarium mais le peak peut y être solide par bon swell et il faudra être vigilant lors du take off sur cette épaule massive et ronde. Tout près de la digue, on trouve aussi des vagues de bonnes taille mais avec beaucoup de backwash et des séries qui sont parfois très confuses.

LES ROCHES NOIRES
On y trouve des séries de qualité moyenne mais qui sont amplifiées par le backwash de la digue par houle d'ouest. Elles déferlent alors sur la petite plage du centre nautique, à mi-marée ou encore à marée haute, sauf si le coefficient est trop important et auquel cas la vague ferme trop vite pour pouvoir y évoluer. Les bons jours, certaines droites ouvrent convenablement et finissent parfois leur course au pied de la digue. Quand à la gauche, elle est souvent plus irrégulière et manque d'ouverture. Ce spot est maintenant peu fréquenté alors qu' il fut prisé il y a quelques années : comme il est bordé par des falaises, il supporte donc relativement bien le vent on-shore que l'on peut rencontrer en fin de dépression.
Attention à l'enrochement situé à une trentaine de mètres à l'est du centre nautique.
ENTRE TROUVILLE ET HONFLEUR
Pour ceux qui recherchent le calme et les paysages sympas, on trouve sur cette partie de la Côte Fleurie quelques spots qui fonctionnent exclusivement à marée haute, par vent de sud-ouest faible et houle d' ouest. Les vagues y sont sans conteste moins puissantes et moins régulières qu' à Trouville sur mer et le courant dû à la proximité de l' estuaire de la Seine fait que les sessions y sont rarement glassy. Heureusement, si gagner le large en visualisant au loin le paysage offert par la zone industrielle du Havre n' est pas des plus romantique, paddlesurfer une vague avec pour arrière plan ce magnifique coin de la Côte Normande qui a inspiré plus d' un peintre impressionniste vaut le détour !
Hennequeville
Si votre planche n' est pas trop longue ni trop lourde, et que vous êtes un adepte de la varappe, vous pouvez garer votre voiture dans le bourg et rejoindre le spot en empruntant l' escalier et ses 150 marches qui démarre du Parc de Hennequeville. Sinon, le plus simple est de partir de la plage du CNTH à Trouville et de ramer en direction de l' est, le spot se trouvant juste derrière la première pointe, juste en face d' une petite digue. Pas mal de cailloux et de rochers un peu partout au bord, mais le fond est sableux et à condition que le coefficient de marée soit modéré, il y a moyen de monter faire un petit break sur la digue. Les séries n' y ont rien d' extraordinaire mais vous y serez tranquille et vous ne croiserez que quelques promeneurs, ou bien des pêcheurs taquinant le bar au pied de la falaise.
Le Grand Bec
Sur la route d' Honfleur, tourner à gauche en direction de la mer en empruntant la rue des Mouillères et après quelques virages, garez-vous dans le champ aménagé qui sert de parking. Munissez-vous de votre matériel et après une courte marche en haut de la falaise, d' où vous bénéficierez d' un superbe point de vue sur le large et la Baie de Seine, descendez avec précaution ( ça glisse, surtout s' il a plu ! ) vers le petit escalier en pierre qui conduit à la plage. Si la houle est suffisante, il y a normalement une gauche qui ouvre correctement sur de la caillasse et qui finit sa course au pied de l' escalier. A noter que spot est impraticable si le coefficient de marée est trop important car la mer vient alors battre le pied de la falaise et rend la crique inaccessible.
La Pointe du Heurt
Pour accéder à ce spot, le mieux est de se garer sur la placé du marché de Villerville et de descendre le chemin qui conduit à la plage de sable du parc des Graves. Il faut ensuite pagayer vers l' ouest pendant quelques centaines de mètres et rejoindre ainsi la pointe rocheuse sur laquelle on aperçoit les séries qui viennent déferler. Il n' y pas de pic bien défini et le fond est craignos ( venez donc faire un tour à marée basse... ), avec des vagues qui sucent parfois dangereusement au take off si c' est petit mais le paysage est vraiment cool !

Villerville
On trouve deux vagues côte à côte dans ce charmant village qui marque l' entrée de l' estuaire de la Seine. La première déferle sur du sable, devant la cale de mise à l' eau situé en face du restaurant du Casino. Plutôt des droites que des gauches, qui fonctionnent un peu mieux au tout début de la marée descendante. La deuxième est très localisée car elle casse sur l' ancienne moulière, une plaque rocheuse relativement plate, et qui se situe pile en face des remparts. Si la houle est bien orientée et suffisamment grosse, une gauche s' enroule joliment autour de la dalle mais c' est rare ! A noter que la mise à l' eau à partir de la cale est suicidaire pour cause de gros shorebreak si la mer est forte et le coefficient de marée élevé et qu' inversement, le départ est cool si le coefficient est petit car la plage de sable découvre alors un peu au pied des enrochements. Dans tous les cas, on peut toujours partir de la plage du parc des Graves et il vaut mieux alors utiliser un leash solide pour éviter les mauvaises surprises, comme retrouver sa planche dans les blocs et se retrouver en fâcheuse posture !

Criqueboeuf
On accède à ce spot en s' engageant en face de l' église dans une route en cul-de-sac qui conduit à un petit parking. La vague principale casse en face du blockaus, à côté de la digue, sur un banc de sable recouvert d' une dizaine de pieux en bois d' environ 80 centimètres de haut. Comme pour tous les spots situés entre Honfleur et Trouville, c' est donc marée haute obligatoire, avec un bon coefficient ! Si vous ne le sentez pas, vous pouvez toujours pratiquer pile en face de l' escalier qui descend vers la plage de galets, où vous trouverez des gauches tranquilles qui viennent finir leur course dans l' estuaire de la baie de Seine. A noter que plus abrité, ce spot est moins sensible au vent de sud-ouest que les précédents.

3 commentaires:

  1. Merci pour ces explications qui reflètent correctement le spot de Trouville.

    ERICHARD

    RépondreSupprimer
  2. On ne peut pas dire que trouville soit paddle beach, il reste un petit groupe de surfer qui résiste encore et toujours a l envahisseur ! Free SURF is not dead !
    Jean-Benoit Lamoule

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai pas écrit ça, j'ai juste dit que certains rideurs utilisaient cette expression pour désigner le spot. Et les 2 belles sessions de samedi et dimanche dernier semblent leur donner raison : 20 SUPsurfeurs et 5 surfeurs au pic...

    RépondreSupprimer